La peine du voisin

boulanger

Elle en dit long, la statistique officielle établie à propos de la mortalité épidémique de la grippe. Faite à Paris, cette statistique affirme que la profession la plus frappée fut celle des domestiques.

Les médecins qui eurent la charge de recenser les chiffres, ont déclaré le logement coupable de la proportion anormale des décès.

C’est la petite chambre sous le toit, étouffante ou glacée, selon les saisons, qui en est cause. Mais peu de gens songent à la peine de celui qui occupe une position dépendant du bon vouloir de quelques-uns. Au sortir de sa cuisine surchauffée, quand la bonne du ménage modeste remonte sous le toit, ses maîtres ne pensent point qu’ils participent au grand meurtre collectif. Plus ou moins, certes : il est de bonnes âmes qui se préoccupent du galetas. Néanmoins, quand on considère qu’il fallut un demi-siècle au mitron pour conquérir le droit de ne plus travailler de nuit, on demeure effaré de l’égolsme social. Pour un petit pain ou un croissant doré à point, certains obligeraient sans remords le garçon boulanger au travail qui tue.

La brillante façade du restaurant cache le hideux sous-sol. La dame impatiente qui trouve le châteaubriant trop long à venir, dédaigne de mettre en compte la fatigue de la serveuse.

Pour quelques lettres en retard, les facteurs de nos communes n’ont pu voir établir le repos dominical. Et les plus rebelles à cette gêne furent ceux qui reçoivent, par an, une douzaine de lettres.

La cliente frileuse sortant de voiture pour entrer au Bonheur des Dames, trouve fort bien qu’une vendeuse piétine dans la boue froide pour vendre quelques rubans.

Ce sont là des cruautés quotidiennes dont on ne s’aperçoit même pas. Elles contribuent à la grande peine humaine et seraient pourtant fort aisées à faire disparaître.

Il n’y suffirait qu’un peu de fraternelle sollicitude, une miette de réflexion et un soupçon de volonté.

Fanny Clar. « Floréal. » Paris, 1920.

Publicités

2 réflexions sur “La peine du voisin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s