Le gastronome

bouillon-duval

Voici ce qu’il advint à mon ami Etienne Duglas, peintre par goût et célibataire par nécessité, lundi dernier, entre midi et une heure.

Etienne Duglas se trouvait en ce moment, comme tous les jours, à la même heure, au Bouillon Duval, où il a pris l’habitude de déjeuner, depuis que sa femme a jugé à propos de renverser la marmite conjugale en partant avec un attaché d’ambassade japonais.

Cette infortune, passée depuis de longs mois déjà, ne l’empêchait pas, d’ailleurs, de manger avec l’appétit d’un homme qui se sent encore une longue course à fournir dans l’existence, et, après avoir achevé son oeuf à la coque quotidien, il allait passer à la côtelette coutumière, quand un personnage fit son entrée dans la salle bondée de monde du restaurant.

Cinquante ans, maigre, sec, tenue très correcte, sanglé et boutonné comme un officier en civil, tel était le nouvel arrivant qui vint s’asseoir à la seule place restée libre, devant Etienne Duglas. Il se fit servir un roast beef qu’il trouva dégoûtant, un légume qu’il mangea du bout des lèvres, et un dessert qu’il ne mangea pas.

Cet homme devait être victime d’une affection stomachique très grave. Etienne Duglas se hasarda à le lui faire remarquer.

Nullement, monsieur, repartit l’homme maigre. Je mangerais du chien, si je l’aimais; mais je suis véritablement écoeuré de la triste chère qu’on fait en France, à présent.   

C’est pourtant toujours la même. Mais y a-t-il longtemps que vous avez ce mépris de nos aliments ?

Depuis le voyage autour du monde dont je reviens, et spécialement depuis mon séjour en Polynésie.

Ah ! on y fait donc de bien bonne cuisine !

Exécrable, mon cher monsieur, exécrable !

Alors !…

Tout est dans le choix des mets. Tenez, ajouta l’homme maigre maigre en tirant de sa poche une petite boîte d’argent et en y coupant une très mince tranche d’une sorte de viande fumée, goûtez-moi ça ! C’est mon vrai dessert depuis six mois. Mais ma provision s’épuise.

Il prit lui-même un peu du contenu de la petite boîte, qu’il referma et remit dans sa poche avec précaution, puis dégusta cela lentement, savamment, comme de la pure ambroisie.

Exquis, en effet, fit Etienne Duglas.

Et c’est de la conserve, encore ! Ah l si vous aviez pu le manger frais !…

C’est donc une substance bien rare ? 

Ce n’est pas rare du tout, dit l’homme maigre, rnais il est très difficile de s’en procurer. Croyez vous que chez nous on laisse se perdre et se pourrir un régal pareil ?

— Absurde. Mais comment nommez-vous cela, en somme ?

— De la…

Etienne Duglas laissa tomber a terre sa fourchette, et avec elle la dernière bouchée qu’il allait porter à ses lèvres. Cela parut peiner l’homme maigre.

La première fois, ça fait cet effet-là. Mais si vous recommenciez demain ou après-demain, vous ne pourriez plus supporter aucune autre nourriture. Ça été notre première alimentation, d’ailleurs. Le foetus n’absorbe-t il pas le sang de la mère ? Nous étions donc anthropophages avant de naître même. Pelloutier a prouvé que les Gaulois, nos ancêtres, se dévoraient entre eux à l’origine. De même pour les Germains. Voyez à Rome, Pollion jetant ses esclaves aux murènes de ses viviers, pour les engraisser : anthropophagie au second degré. Galien rapporte qu’au temps de l’empereur Commode, les raffinés de gourmandise se délectaient de chair humaine. Enfin, de nos jours, des peuples que la civilisation n’a pas gangrenés festoient encore aux dépens de leurs semblables, y trouvant des repas plus délicats, plus savoureux, plus succulents que chez tous les animaux. Il y a des parties exquises : la plante des pieds, la paume des mains, grillées, sont fort appréciées des gourmets. J’en avais. Mais ma provision s’épuise. Et cette idée rendit l’homme maigre un instant mélancolique.

Mais, malheureux ! cria Etienne, ayant enfin retrouvé la parole, qui a pu vous donner le goût de cette nourriture abominable ? 

Oh ! l’occasion simplement, cher monsieur. Je me trouvais l’année dernière à bord de l’Aquilon, qui fit naufrage au milieu de la Polynésie. Nous gagnâmes dans les canots une île voisine où nous fûmes reçus avec des transports de joie par les indigènes qui jeûnaient depuis fort longtemps. Je dus à ma maigreur extrême la honte d’être placé le dernier sur la liste des victuailles. Cependant on cherchait à m’engraisser; C’est ainsi que je mangeai de tous mes compagnons successivement. Je dois même à cette circonstance de me connaître assez bien en anthropophagie, et je pourrais vous dire si telle ou telle personne est au point désirable. Ainsi, vous, cher monsieur, à votre âge, avec votre tempérament, votre léger embonpoint, vous seriez délicieux tout a fait, je vous l’affirme. Croyez-en un homme qui a goûté à ses cent cinquante compagnons.

Vous voulez me flatter…

Point. Tenez, vous tous rapprocheriez de ce morceau, que vous avez trouvé si bon. Il appartient à une petite femme blonde, la seule qui fût parmi nous, du reste, dont il restait encore une grande partie quand je fus délivré par un navire européen. J’emportai ce relief de notre dernier dîner, je le salai, et j’en prends à mon dessert, comme vous avez pu le voir. Mais, malheureusement, ma provision s’épuise. Duglas ne se sentait pas à son aise auprès de l’homme maigre, dont la provision, s’épuisait. Il se hâta de saluer son voisin de table et s’enfuit, faisant des détours extraordinaires pour dépister quiconque eût tenté de le suivre. En rentrant chez lui, il trouva une lettre timbrée de la préfecture de police. En voici le contenu :

« Monsieur,

Vous nous aviez demandé de faire des recherches au sujet de madame Duglas, votre épouse, qui a quitté depuis dix-huit mois le domicile conjugal. Nous venons enfin d’en avoir des nouvelles. Elle s’était embarquée sur l’Aquilon, qui a fait naufrage par 15° de longitude, 173° de latitude, près d’une des petites îles Viti, où elle a servi de proie à la voracité des insulaires.

Recevez, monsieur, etc., etc. »

Eh bien ! tout de même, monologua Etienne Duglas, elle était excellente ! Je ne l’aurais jamais crue si bonne que ça !

Saint-Eloi « La Revue des journaux et des livres. » Paris, 1885.

Publicités

3 réflexions sur “Le gastronome

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s