Chimpanzés modèles …

chimpanzés
Max, chauffeur, promène Moritz en auto

On se souvient encore du fameux chimpanzé Consul. Voici que sa gloire est éclipsée, aujourd’hui, par deux émules: Max et Moritz, qui, après avoir fait le tour du monde en quatre-vingts … tours, s’exhibent actuellement à Paris. Max a sept ans et Moritz en a trois. Ils sont tous deux originaires des forêts tropicales de la Guinée. Voyons-les d’abord évoluer sur la scène, puis nous irons, si vous le voulez bien, leur faire une visite dans les coulisses.

Max et Moritz marchent droit et portent avec aisance le costume civil. Les voici dans un petit scénario qui les représente au restaurant. Max, client grincheux, s’impatiente et sonne nerveusement le garçon Moritz. Ce dernier arrive sans hâte, apporte les plats, les bouteilles, les verres, débarrasse avec une noble nonchalance: on sent le garçon bien stylé. Puis, Max se lève et s’en va après avoir réglé l’addition, non sans que sa physionomie exprime avec dédain: « Quelle boite ! »

Voici, maintenant, notre chimpanzé transformé en acrobate accompli, patinant comme le roi de la roulette, pédalant comme un champion et faisant de l’équilibre sur son vélo, guidant ensuite une auto à l’instar du plus expert des chauffeurs. Entre temps, si le public n’applaudit pas assez vite, Max se charge de le rappeler au sentiment des convenances en claquant lui-même des mains (je veux dire des pattes). Puis, Max s’habille et se déshabille avant de se mettre au lit. Le voici procédant à sa toilette de nuit. Aucun détail ne lui est étranger et il souffle sa bougie avant de s’endormir sur l’oreiller. Les gestes humains, les attitudes, sont singés avec tant de vérité et de perfection par Max et Moritz, que les spectateurs en sont tout ébaubis.

D’ailleurs, quand les deux chimpanzés regardent le public, il y a dans leurs yeux on ne sait quelle expression malicieuse. Sont-ils contents d’être artistes et le succès les grise-t-il, eux aussi ? Réclameront-ils, un jour, la vedette américaine avant de consentir à entrer en scène ? Qui dira ce qui se passe dans l’âme mystérieuse d’un chimpanzé acrobate qui s’exhibe sur les planches ?

En tout cas, une pareille virtuosité, une telle certitude dans les actes, dénotent chez Max et Moritz autre chose qu’une exécution machinale et mécanique des tours qu’on leur a enseignés. On trouve de la mémoire, de la logique et de la suite dans les idées chez ces singes, et même, on le verra par la suite, une compréhension de nos sentiments les plus cachés …

Me voici, après la représentation, dans la loge des deux « artistes ». La pièce est, naturellement, surchauffée, car les deuxchimpanzés chimpanzés ont besoin de sentir autour d’eux une chaleur tropicale, quand ils ne sont pas en mouvement pour leurs exercices. La cage est formée par une grande caisse avec une litière. C’est ainsi que Max et Moritz voyagent, d’un bout à l’autre de l’année, de par le monde. A l’appel du manager, Max sort de sa cage et vient cordialement me serrer la main. Il pousse même un petit cri guttural de bienvenue. Sa face n’est point laide et ses yeux expriment une intelligence curieuse et un peu méfiante. Pendant que je bavarde avec le dompteur, Max touche à tout. Aussi son maître le menace-t-il de sa cravache. Et c’est à ce moment que j’ai pu voir l’instinct de divination du singe. L’animal est venu se mettre aussitôt sous ma protection et, du geste, il désigne avec indignation le fouet dont on veut le châtier.

Il en est toujours ainsi, me déclare le manager. En public, mon chimpanzé est plus difficile à mener. Il se sent protégé par la foule.

Aveu caractéristique. Le singe aurait-il l’instinct de la collectivité et de la solidarité humaines ? Devine-t-il les divers aspects de notre sensibilité ?

Et comment nourrissez-vous vos chimpanzés ? ai-je ensuite demandé au dompteur.

Avec des bananes et des ananas… Pas de viande, bien entendu.

Et leur faites-vous répéter les exercices de temps en temps, pour les tenir en haleine ?

Le dompteur sourit :

Inutile. En scène, je n’interviens presque jamais. Max et Moritz se dirigent eux-mêmes. Ils ont l’habitude … Moritz est encore un peu sauvage et peut-être même moins bien doué que son partenaire…

Dans un coin de la loge, au fond d’une caisse, voici deux autres petits chimpanzés étroitement enlacés et qui nous épient curieusement de leur cachette.

Des … apprentis ?

Oui, mais on ne peut encore rien dire, à leur sujet. Seront-ils capables d’égaler Max et Moritz ? Cruelle énigme. Tous les singes ne sont pas « artistes », et il en est avec lesquels on perd son temps et son argent.

— Et comment les dressez-vous ?

A cette question, le dompteur hésite. A-t-il peur de me dévoiler ses secrets ? Mais il se décide à répondre:

C’est une atmosphère de confiance qu’il s’agit de créer peu à peu entre la bête et l’homme. On répète un premier exercice jusqu’à ce que le singe comprenne. S’il exécute ce premier mouvement avec intelligence, on peut être sûr que le reste viendra ensuite avec de la patience et de la fermeté. Mais, je vous le répète, il faut tomber sur un sujet d’élite. Les instincts
sauvages sont les premières difficultés à dompter.

Le chimpanzé est prêt à mordre et il jette loin de lui tout ce qu’on lui donne. Pour l’habituer à se vêtir et à se dévêtir, il faut prendre beaucoup d’autorité sur lui. Par la suite, il devient affectueux et il comprend tout comme une grande personne. J’ajoute même qu’il acquiert de la « personnalité » dans la présentation de son numéro. Il se dirige lui-même …

Et voilà qui prouve que la plus noble conquête de l’homme n’est pas seulement le cheval, mais aussi le chimpanzé, ce frère à peine inférieur.

Raoul. Les Annales politiques et littéraires.   Paris, 1927.

Publicités

2 réflexions sur “Chimpanzés modèles …

  1. Peut être auraient ils été plus heureux dans leur foret que de faire les singes pour nous , non ?
    l’unique fois où je suis allée dans un zoo, il y avait justement un chimpanzé derrière les barreaux qui m’a tendu la main avec un regard si triste que je m’en souviens encore ! et ça fait 30 ans à peu près …Je suis un peu niaise hein ?
    Bon dimanche Gavroche 😉

    J'aime

    1. Non tu n’es pas niaise; tu es sensible, tout simplement … 🙂 C’est vrai que les singes n’ont rien à faire dans les zoos ! Pas plus que les autres animaux d’ailleurs; sauf bien sûr si c’est l’unique solution pour préserver certaines espèces complètement décimées.
      Bonne journée à toi Juliette !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s