L’automobilisme: digressions et statistique

Je viens de faire un voyage en auto avec un mien ami qui a la manie, anachronique au temps où nous vivons, de la correction grammaticale. Il rendrait des points à MM. Abel Hermant et Marcel Boulenger. On rencontre des excentriques dans toutes les spécialités.

Vous avez lu la pancarte ? m’a demandé cet ami, comme nous entrions dans un petit pays.

Non, ai-je répondu.

Car c’est un fait bien connu que les automobilistes au volant ne lisent jamais les pancartes à l’entrée des agglomérations. Ils savent, une fois pour toutes, ce qu’elles recommandent: de modérer l’allure et de ne pas écraser les enfants, sortant de l’école ou non. Leurs coups d’oeil disponibles, ils les réservent pour les indications graphiques qui, le long de la route, expriment: croisement dangereux, tournant brusque, ou passage à niveau.

La lecture minutieuse des pancartes est réservée au voyageur véhiculé; c’est un dérivatif à son angoisse. Il n’a que cela à faire. Il ne résiste pas même, la plupart du temps, à la tentation de les lire à haute voix, car c’est son seul moyen, d’ailleurs platonique, pour inciter le conducteur déchaîné à la prudence, et pour agir indirectement sur le frein.

Vous avez lu la pancarte ?

Non.

Automobiles, au pas ! prescrit-elle … Si tous les mots ne sont pas de vains mots, si, en dépit de la loufoquerie généralisée qui caractérise notre époque, les vocables assemblés conservent leur sens millénaire, la marche au pas, c’est l’avancement d’un être pourvu de jambes ou de pattes, et projetant alternativement chaque pied en avant, sans précipitation. Vous parlez comme un dictionnaire, cher ami.

Un automobile ne peut donc pas marcher au pas, puisqu’un automobile n’a pas de jambes.

Capturefff

Exact rigoureusement. Les seuls véhicules qui peuvent aller au pas, ce sont les petits bateaux qui vont sur l’eau, puisque tout le monde sait qu’ils ont des jambes sans lesquelles ils ne marcheraient pas … Et c’est donc à l’entrée des écluses, par exemple, qu’il serait séant d’écrire: bateaux, au pas ! Sur terre, c’est « automobiles, à la vitesse du pas », que l’on devrait dire. Le pneu rond se concilie mal avec l’image d’une marche pédestre … C’est, en somme, la formule: allure modérée qui concilie tout … Ou encore ralentir, qui implique l’arrivée en vitesse … Je ne parle pas de: Prenez garde à nos enfants, objurgation d’un caractère attendrissant et sentimental tout à fait inutile; le conducteur le plus pressé ne se dit pas: « Les adultes, les vieux, passe encore …, passe même dessus … Mais attention aux gosses ! »

Bien entendu … Le temps se chargera, d’ailleurs, de mettre tout cela au point. La circulation des autos est toute jeunette; et ces premières indications ne sont encore que les manifestations spontanées des municipalités terrorisées … Ce sont des bégaiements administratifs … Je n’en veux pour preuve que la fixation candide de l’allure à un chiffre déterminé: huit kilomètres à l’heure, par exemple. Huit kilomètres à l’heure, c’est, pour un auto, la quasi immobilité. N’exagérons rien. Si l’on observait à la lettre et au compteur ce règlement, tous les autos des routes se rejoindraient dans les traversées des villages ! Ce serait l’embouteillage, le convoi interrompu, le défilé à la queue leu leu, cent fois plus insupportable pour les habitants que le passage à un train prudent, mais cependant raisonnable.

Tiens ! Ces deux commères qui bavardent au milieu de la chaussée comme au coin de leur feu ! A quoi pensent-elles ?Hélà ! mesdames ! Hélà ! Coin ! Coin ! Coin ! … Hé bien ! mesdames ?… Faut-il que le potin qui vous occupe, que la médisance qui absorbe votre attention, soient savoureux, pour que vous ne nous voyiez ni ne nous entendiez venir ! … Quoi ? … Qu’est-ce qu’elles ont dit ?

— Elles ont dit : « Sauvages ! Assassins ! »

C’est classique … Et le voici, cher ami, l’autre danger, au moins aussi générateur d’accidents que la précipitation de l’homme au volant: c’est l’inattention, l’étourderie, la bêtise aussi, du piéton … J’ai eu sous les yeux, récemment, une statistique édifiante faite en Angleterre, à propos des quatre cent quarante-trois accidents mortels survenus dans ce seul pays, en août et septembre derniers. Hé bien ! 47,4 pour cent des accidents sont dus aux piétons ou cyclistes, et absolument indépendants du conducteur de l’auto. 47,4 pour cent ! Pas loin de la moitié …

— Ces victimes, parmi lesquelles, hélas ! les enfants sont les plus nombreux, doivent leur malheur au fait de traverser la rue sans regarder, de quitter l’abri du trottoir sans s’être assuré qu’aucun véhicule n’est à proximité, de sortir d’une voiture sans se demander si une autre ne vient pas en sens inverse, et, enfin, apercevant cette voiture, d’hésiter, de tergiverser, de revenir sur leurs pas. S’il faut refréner énergiquement la hâte coupable, l’imprudence criminelle des chauffeurs, il faut aussi entreprendre l’éducation du piéton et, pourquoi pas ?  sévir au besoin contre lui. Croyez-vous qu’un piéton qui traverse une voie en lisant son journal (nous avons tous vu ça) ne relève pas autant de la sévérité du gendarme que l’automobiliste qui fait de la fumée ou tient sa gauche ?

Le chauffeur n’est pas dans tous les cas le pelé, le galeux dont vient tout le mal. Il est des cas innombrables où le piéton fait figure de demi-suicidé. Il y a, à part l’étourderie et l’empotage, une disposition d’esprit, bien connue de tous les conducteurs d’autos, qui incite les piétons à défier la voiture approchant, à s’attarder, à sembler ignorer l’imminence du danger, histoire d’avoir raison, de triompher, d’obliger le chauffeur à « caner » à mettre les pouces, et le frein… Dans la plupart des villes de province, rien n’est curieux comme l’horreur que les habitants témoignent à l’égard de la circulation sur les trottoirs. Ceux-là vous regardent avec une hostilité agressive qui ne serait explicable que si, précisément, vous aviez hasardé votre véhicule sur le trottoir, domaine sacré du piéton …

— Et je ne parle pas des centres usiniers. Je connais une ville, entre autres, que les automobilistes évitent avec soin aux heures de sortie. Il n’est nullement question pour la foule de ménager au milieu des voies un strict passage pour les voitures, quelle que soit la modération de leur allure; il n’est question que de les contraindre à s’arrêter, à attendre, à s’humilier, en quelque sorte … La moindre protestation vous exposerait à être secoué rudement, peut-être retourné tout simplement … La liberté, l’égalité, la fraternité, sont en route depuis bien longtemps. Est-ce qu’elles ne vont pas finir par arriver ? — La morale de tout cela, c’est que, tout en « salant » de bonnes contraventions onéreuses les chauffards coupables, il faudrait réglementer avec énergie, dans leur propre intérêt, la circulation des piétons.

— Oui. Aux pancartes prescrivant, sous des formes variées, la modération à tous véhicules, il faudrait joindre sans tarder de non moins nombreuses et explicites pancartes sur lesquelles on lirait des maximes de ce genre:

Le trottoir au piéton, la chaussée à l’auto.

Avant de traverser, z’yeutez dans les deux sens.

Traversez à allure accélérée.

Ne bavardez pas au milieu de la rue. Potinez chez vous!

Miguel Zamacoïs« Les Annales politiques et littéraires », Paris, 1927.

Publicités

9 réflexions sur “L’automobilisme: digressions et statistique

  1. Me semble qu’en Angleterre au début de l’automobile, les traversées de villages [en voiture, of course] ne pouvaient se faire que précédé et suivi à 50 pas par un piéton porteur de lanterne…(flou souvenir de lecture de Jérôme K Jérôme, je crois)

    J'aime

  2. Exact !
     » Au milieu du XIXe siècle, les progrès réalisés dans le domaine des machines à vapeur incitent certains à se pencher de nouveau sur les véhicules routiers. Dans la logique des choses, c’est en Angleterre, pionnière dans le développement des chemins de fer, que l’automobile à vapeur prend son essor. Néanmoins, le décret de 1839 limitant la vitesse à 10 km/h pour les diligences à vapeur ainsi que le « Locomotive Act » imposant aux véhicules automobiles d’être précédés d’un homme à pied agitant un drapeau rouge mettent un terme à son développement outre-Manche  »
    (source WIKIPEDIA)
    Bonne soirée et merci pour l’info 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s